Imperium
18651
i'Score :
151

IMPERIUM publie le rapport trimestriel 2020 des investissements publicitaires


24
Apr
2020

Imperium, Data provider et fournisseur de solutions Big & Smart Data pour les professionnels en Afrique, met à disposition les chiffres clés liés aux investissements publicitaires du premier trimestre au Maroc : bilan publicitaire, split média, top 10 des secteurs, top 15 des annonceurs, etc.

Face à cette crise sanitaire inédite, l’impact économique mondial est sans précédent. Les annonceurs ont dû redéfinir leurs stratégies d’investissement et de communication externe, impactant de ce fait, les recettes publicitaires.

Les investissements publicitaires jouent un rôle clé dans l’économie nationale, ils sont considérés comme un des indicateurs fondamentaux de la santé, du dynamisme et de la vivacité économique de chaque pays. Aussi, l’évolution de ce secteur et son impact positif sur la croissance économique n’est plus à démontrer.

Dans la situation actuelle, exceptionnelle, et compte tenu des différentes interrogations des acteurs du secteur, Imperium dresse un état des lieux de ce premier trimestre 2020 et sur l’impact du COVID19 sur le du paysage publicitaire marocain.

Un investissement T1 en légère hausse

Malgré les annulations des dernières semaines, le premier trimestre 2020 enregistre une hausse par rapport à celui de l’année précédente. Le montant des investissements publicitaires au Maroc au premier trimestre 2020 s’élève en brut à plus de 1,44 milliards de Dirhams, contre 1,38 Milliards pour la même période en 2019, soit une hausse de 4,4%.

Sans grande surprise, la télévision reste le média qui attire le plus d’investissements de la part des annonceurs avec environ 445 millions bruts dépensés, soit 31% du budget global. Ensuite, la radio et l’affichage représentent chacun 27% des IP soit un montant respectif de 395 millions. La presse, quant à elle, s’accapare 11% du budget, le digital 3% et le cinéma 1%.

A noter que parmi les 6 médias, quatre d’entre eux ont enregistré une hausse de l’investissement en valeur par rapport au premier trimestre de l’année précédente. Il s’agit du digital (+27%), de la télévision (+23%), de la presse (+4%) et du cinéma (+40%). En ce qui concerne l’affichage et la radio, ils ont chuté respectivement de 3% et 6%.

Enfin, le secteur des télécommunications reste en haut du peloton avec 36% de PDM grâce aux investissements de Maroc Telecom (42% des IP du secteur), Wana Corporate (31%) et Medi TelecomOrange (18%). Suivi du secteur Banques et Assurances (9,6%) et du secteur des Transports (6,7%).

Zoom sur la période COVID-19

Bien que la tendance ait été positive durant le premier trimestre 2020, les investissements publicitaires ont chuté vers la fin mars et au début du mois d’avril, en raison de la crise sanitaire du Coronavirus.

D’après l’étude menée par Imperium, sur la période s’étalant du 16 Mars au 20 Avril, il en ressort un premier constat alarmant : une baisse de -27% comparé à la même période en 2019. Mis à part la télévision et le digital qui ont connu respectivement une hausse de +6% et +4%, les autres médias ont vu leurs investissements chuter drastiquement. La presse (-62%), la radio (-38%) et l’affichage (-32%). Le cinéma quant à lui connaît un arrêt total de son activité en raison de la fermeture de toutes les salles du Royaume. Ces chiffres se traduisent sur le nombre de messages publicitaires également. Ceux-ci n’ont bien évidemment pu augmenter que sur le petit écran enregistrant ainsi une augmentation de +16,3%.

Malgré une baisse de -36% de ses investissements, le premier contributeur aux investissements publicitaires reste le secteur des télécommunications, avec un top 3 des annonceurs, inchangé.

Aussi, on note une baisse de -4% du nombre d’annonceurs sur le premier trimestre 2020 vs 2019. Depuis le début de la crise sanitaire, et comparativement à la même période en 2019, ce chiffre chute à -28%.

En effet, sur le premier trimestre 2020 et en valeur, ce sont 1 616 annonceurs qui sont recensés. Ils étaient 1 690 sur la même période en 2019. Cette baisse se ressent davantage au niveau de la télévision (-9%) et de l’affichage (-22%), dénotant de l’augmentation des investissements publicitaires par annonceurs sur tous les médias et particulièrement sur la télévision et l’affichage. Pour la période s’étalant du 16 mars au 20 avril, ce sont 912 annonceurs qui sont recensés contre 1271 en N-1 et cette tendance s’étale sur tous les médias à l’exception du digital.